PARIS
“Piétonnisation” du cœur de la capitale?

Paris - Panneau indicatif rue piétonne

Partager l'article

Partager sur linkedin
Partager sur email
Temps de lecture : 4 minutes

Pour des raisons de pollution et d’amélioration de la qualité de l’air dans la ville lumière, Anne Hidalgo, a pour projet de désengorger la capitale. Mais surtout, la maire de Paris souhaite créer une zone apaisée afin de réduire le trafic des automobilistes. En d’autres termes, interdire la circulation des véhicules de transit dans le centre de Paris dès 2022. Mais aussi, aménager de nouveaux espaces verts ainsi que des pistes cyclables afin de faire la part belle aux vélos et aux piétons.

A la mi-mai, l’adjoint aux transports de la maire de Paris, David Belliard a annoncé vouloir interdire la circulation des véhicules de transit dans le centre de Paris. Parce que son intention est de rendre le cœur de Paris presque entièrement piétonnier dès 2022. Par conséquent, vouloir créer une zone à trafic limité (LZT) dans les arrondissements suivants : les Ier, IIe, IIIe et IVe arrondissements. Et y ajouter une grande partie de la rive gauche située au nord du Boulevard Saint-Germain, soit les Ve, VIe et VIIe arrondissements.

Dans ces arrondissements, cela va-t-il faire grimper le prix du mètre carré ? Attirer de nouveaux investisseurs qui spéculeront sur les petites surfaces pour les transformer en location ? Selon les chiffres des notaires de Paris, ce sont déjà les arrondissements les plus chers de la capitale.

Carte du centre de Paris de la zone à trafic limité

PLAN DES ARRONDISSEMENTS DE PARIS TRANSFORMES EN ZONE APAISEE

Paris, délimitation de la zone apaisée où le trafic de transit sera interdit en 2022 au cœur de la Capitale.

SOURCE : LE GRAND PARIS. – © ANNE-MARIE HALBARDIER – 12/05/2021

Le but du projet : répartir au mieux l’espace public. Réduire la pollution et le bruit dans ces arrondissements. Renforcer la sécurité des cyclistes et des piétons et favoriser les transports en commun.

Une consultation est lancée par la municipalité mi-mai, par conséquent, les réglementations du projet pourront évoluer. Les Parisiens sont invités à donner leurs avis ou leurs idées sur le site de la mairie idee.paris.fr.

Des opposants à cette mesure choc

Des voix s’élèvent et de nombreux détracteurs élus ou simple parisien s’insurgent contre ce projet et s’interrogent sur le bienfondé de celui-ci. Paris ne doit pas devenir une ville sans vie, sans âmes… une ville musée. Pour eux, il n’y a pas de vision globale, de plan de circulation défini au niveau de Paris et de la Métropole du Grand Paris Express.

Les opposants au projet craignent de voir se vider le centre de Paris, de ses habitants et de ses commerces. Comme ils ont pu le constater avec la fermeture à la circulation de la rue de Rivoli. Paris va-t-elle devenir une ville fantôme !

Car même les voitures ou les scooters électriques ne pourront traverser cette zone définie… s’ils ne s’y arrêtent pas. Seuls les résidents, les personnes à mobilité réduite, les livreurs, les artisans ou les taxis auront accès à cette zone ZTL et le droit d’y circuler. Pour les VTC la question est encore en réflexion.

Concernant les déplacements professionnels, des dérogations seront autorisées. Il en sera de même pour une visite chez un médecin, voir des amis ou aller à un spectacle. Toutes ces mesures ne sont pas encore parfaitement définies.

Les maires des arrondissements limitrophes craignent un engorgement de la circulation dans leur circonscription, donc de nombreux embouteillages en bordure de la zone apaisée.

Pour exemple, avec la fermeture des voies sur berges à Paris, les embouteillages se sont densifiés et aggravés autour et dans la capitale. Airparif* en octobre 2017, soit un an après la mise en place du projet, a émis un rapport indiquant que la pollution n’avait pas pour autant diminué significativement sur l’ensemble de la capitale. La piétonnisation n’a fait que déplacée le problème de la pollution de l’air à Paris et créée de nouveaux et nombreux embouteillages.

Nouvelle circulation à respecter et verbalisation

Des panneaux et des marquages aux sols seront installés. Des forces de polices et l’installation de caméras de surveillance seront là pour verbaliser les automobilistes en faute.

Afin d’éviter de nouveaux bouchons aux abords des ZTL, les plans de circulation vont être transformés.

Les services vélib’ et mobilib’ seront améliorés et une réflexion est en cours pour accroître encore ces dispositifs.

Le trafic de transit de zone apaisée a déjà été testé dans plusieurs villes comme Nantes, Madrid, Milan ou Rome.

*L’organisme de contrôle de la qualité de l’air en Ile-de-France.

Les zones à trafic limité (ZTL) en Europe

- RAPPORT 2019 à télécharger -

Autres articles