IMMOBILIER
Flambée des prix dans les villes moyennes

Centre-ville d'Orléans, article immobilier la flambée des prix dans les villes moyennes

Partager l'article

AccueilACTUIMMOBILIER Flambée des prix dans les villes moyennes
Temps de lecture : 5 minutes

Malgré une baisse des demandes, les prix de l’immobilier augmentent dans les zones rurales et les villes moyennes. C’est ainsi le cas à Orléans, Le Mans ou Reims à l’inverse de Paris et de certaines grandes métropoles comme Lille, Nantes ou Nice… l’effet post-Covid, télétravail et flambée des prix de l’immobilier.

Une ville moyenne est une ville dénombrant entre 20 000 et 50 000 habitants, d’après l’Insee. Les villes les plus plébiscitées sont actuellement situées en région Grand-Ouest et Grand-Est.

Depuis quelques années, Paris perd en moyenne 10 800 habitants par an. Alors pourquoi ? Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte, tout d’abord, le prix de l’immobilier qui ne cesse d’augmenter même si, sur le dernier trimestre le prix moyen a connu une légère baisse de -1,1% à 10 170€/m2. Ensuite, on constate une pénurie de logements neufs, mais surtout en raison de la politique mise en place par la maire de Paris. Puis enfin, c’est la crise sanitaire du COVID-19 qui a accéléré cette migration vers les villes moyennes. Mais cela n’est pas sans poser quelques problèmes car les prix du mètre carré flambent sur ces nouvelles destinations.

Avec une année 2021 record pour les transactions immobilières, les Français démontrent ainsi leur intérêt toujours croissant pour la pierre, qui reste en période de crise, un refuge et un investissement rassurant.

LE PRIX DE L’IMMOBILIER DANS DIVERSES VILLES MOYENNES EN FRANCE

Carte de France des villes moyennes où le prix de l'immobilier flambe.

La flambée des prix du mètre carré dans plusieurs villes moyennes en France.

© Anne-Marie HALBARDIER – Source : Meilleurs Agents

Post-Covid et flambée des prix dans les villes moyennes

Dès le premier confinement, de nombreux ménages ont quitté la capitale ainsi que la petite ou grande couronne pour s’installer dans des villes moyennes. Ainsi, ces nouveaux arrivants ont déménagé à moins d’une heure ou une heure trente de la Ville Lumière sur des destinations bien desservies par les transports ferroviaires. Et cela malgré la politique d’aménagement du territoire avec le Grand Paris ou le Grand Paris Express.

Malgré une hausse des prix, au dernier trimestre, de +2,3% sur Orléans ou Le Mans et +1,9% à Reims, le prix de l’immobilier y reste très attractif. Par conséquent, il permet à ces nouveaux arrivants de quitter un univers pollué et souvent insécurisé à Paris ou dans les grandes métropoles pour accéder à une meilleure qualité de vie. Plus proche de la nature, ils ont en outre récupéré leur pouvoir d’achat « logement ». Ces Français ont retrouvé la ville à la campagne en s’éloignant des grands centres économiques.

Ces nouveaux propriétaires investissent dans des maisons où ils peuvent se projeter mais surtout dans des villes qui proposent de nombreux services.

Selon les spécialistes de l’immobilier : « En raison d’une augmentation entre +5 et +9% du prix de l’immobilier, nous constatons que la population résidente a de plus en plus de mal à se loger. Elle est par conséquent contrainte de s’éloigner du centre-ville et même des alentours ».

Flambée des prix immobilier au Mans

© Chris Rose

Au soleil en fin de journée, le long de la Sarthe, les bâtiments de la vieille ville du Mans.

Choix immobilier dans des villes moyennes : Orléans ou Le Mans

Voici quelques exemples de villes moyennes où les fortes augmentations du prix au mètre carré bouleversent l’équilibre de l’immobilier :

Orléans ou Le Mans. Les acquéreurs sont principalement Parisiens car ils peuvent s’y offrir leur résidence principale même en étant primo-accédant. En revanche, en centre-ville, avec une hausse du prix de l’immobilier qui atteint 3 000€ voire jusqu’à 4 000€ le m2, ce sont alors des investisseurs nationaux ou locatifs qui achètent. Avant 2018, le prix était aux alentours de 2 000€/m2.

Selon les notaires de France : « Entre mai 2021 et 2022, le prix des maisons anciennes a augmenté 2 fois plus vite, soit +9,9% contre +4,1% pour les appartements ».

Pour les professionnels : « Que ce soit, à la mer, à la montagne ou bien à la campagne, les prix de l’immobilier augmentent dans toutes les villes, sauf dans les métropoles ».

Immobilier flambée des prix dans les ville moyennes. Reims

© Hesam Wide Shot

La campagne et les vignes autour de la ville de Reims.

Immobilier, télétravail et inflation

Même si les villes moyennes attirent salariés et entreprises car les loyers y sont plus modérés, en raison de l’organisation du télétravail, tous les Français ne sont pas égaux devant la mobilité. Selon leurs professions, certains salariés ont l’obligation d’être en présentiel ou peineront à retrouver un travail sur leur nouveau lieu de vie.

Malgré une inflation de 4,8% en France, selon l’Insee, d’autres paramètres influent sur le marché de l’immobilier :

En conclusion

Normalement les mois de mai, juin et juillet sont animés sur le marché de l’immobilier. Mais, en raison de la guerre en Ukraine, des élections législatives et des taux bancaires à la hausse, les professionnels de l’immobilier attendent de voir comment vont se comporter leurs clients.

De plus, avant toute vente ou achat, n’hésitez pas à faire appel à un expert en immobilier. Celui-ci sera le seul à même de vous fournir, à votre demande, une expertise en valeur vénale du bien ou un avis d’expert en toute impartialité.

LinkedIn

Autres articles